Sacha Briand

Vice-président de Toulouse Métropole chargé des Finances
Adjoint au Maire de Toulouse : Coordination de la modernisation de l’action publique - Finances - Les élections - Le recensement de la population
Président du groupe Métropole d'Avenir à Toulouse Métropole
Conseiller Régional de Midi Pyrénées

05 61 22 28 78
sacha.briand@toulouse-metropole.fr


Agir pour le consensus et l’intérêt général,
innover dans l’action publique et mettre l’intelligence collective au service de la métropole toulousaine

Passionné par la politique où il s’est impliqué très jeune, Sacha Briand fut directeur général des services d’une collectivité locale avant de devenir avocat en droit public au Barreau de Toulouse. Riche de ce double parcours professionnel et politique, étroitement liés par la passion de la chose publique, élu conseiller régional de Midi-Pyrénées en 2011, il est depuis mars 2014 adjoint au maire de Toulouse en charge des Finances et des Elections et Vice-Président de Toulouse Métropole délégué aux finances.

Toulouse Métropole, l’avenir vu par Sacha Briand :
Vos priorités d’action, les défis et les ambitions pour la métropole toulousaine à l’horizon 2025 ?

La mission de l’élu est compliquée car il ne s’agit pas de faire prévaloir son propre point de vue mais de comprendre et d’anticiper la volonté collective de ceux qu’on représente : les électeurs. La priorité aujourd’hui est notamment de répondre à leurs attentes et besoins dans un contexte de contraintes budgétaires inédit (lié à une baisse des dotations de l’Etat qui s’élève à 54 m? d’ici à 2020), et d’obligation de restaurer la capacité d’investissement (1,5 milliard ? prévus sur la période 2014-2020) pour assumer les enjeux de demain, qu’il s’agisse de soutenir le développement économique ou d’améliorer les transports ou les infrastructures. L’équilibre budgétaire n’est pas un objectif en tant que tel mais un moyen de se donner la capacité d’agir. De plus, dans la dimension métropolitaine, ces arbitrages budgétaires doivent se faire dans une recherche permanente de compromis entre les 37 communes membres de Toulouse Métropole. Et les défis sont de taille : apporter des réponses concrètes aux problèmes de circulation et régler les points de congestion quotidiens autour d’Airbus, Balma ou Borderouge par exemple, renforcer les pôles de compétences, en misant sur l’innovation et en se diversifiant notamment vers la santé et les biotechs.

Mais tout cela ne sera possible que si on est capable d’innover également dans la gestion des moyens de la collectivité et d’avoir des idées pour faire toujours plus en dépensant moins pour une métropole toulousaine plus forte et plus agréable.