Philippe Plantade

Président de la commission Sports et Bases de loisirs de Toulouse Métropole
Conseiller métropolitain
Maire de Bruguières

05 62 22 99 33
philippe.plantade@toulouse-metropole.fr

La métropole est une chance et la seule garantie de pouvoir continuer à investir
et à monter de grands projets structurants

Comptable de profession, Philippe Plantade est aussi impliqué depuis 1989 dans la vie municipale de Bruguières, dont il est maire depuis 2001. En charge de longue date des relations entre sa ville et la métropole, il est aussi président de la commission Sports et Bases de Loisirs de Toulouse Métropole.

Toulouse Métropole, l’avenir vu par Philippe Plantade :
Comment voyez-vous la place de Bruguières au sein de Toulouse Métropole et l’avenir de la métropole toulousaine ?

Tout d’abord, je suis très heureux que Bruguières soit membre de Toulouse Métropole, et je crois que ce sentiment est partagé par les habitants. Faire partie d’une telle structure est une chance, celle de bénéficier d’une stabilité financière et d’une capacité à investir. Le rôle des mairies et des métropoles est complémentaire mais la métropole est la seule structure capable d’investir, de rayonner. Plus on sera fort et réuni, plus nous aurons la capacité à appréhender les crises et à monter de grands projets. Longtemps en charge des sports dans ma commune et aujourd’hui impliqué sur les bases de loisirs métropolitaines, je crois qu’il est par exemple essentiel de monter des événements tels que le Marathon ou de valoriser les bases de loisirs qui ont, chacune, leur spécificité au-delà de leur rôle de poumon vert. C’est aussi par le biais d’actions concrètes de ce type qu’on améliorera l’image de la métropole dans l’esprit des habitants qui méconnaissent son rôle. Mon idéal est de voir évoluer nos communes comme des quartiers, des arrondissements intégrés dans la dimension métropolitaine. Il faut s’y préparer et tant pis si on perd un peu d’autonomie : l’union est indispensable. Nous sommes bien placés géographiquement, avec des atouts économiques indéniables mais  encore un peu en retrait, en manque de grandes infrastructures culturelles, sportives. Nous avons besoin d’améliorer notre rayonnement international, notre accessibilité, d’être plus proche de Paris, de l’Espagne. Toulouse peut devenir une très belle métropole si on s’en donne les moyens.