Catherine Blanc

Conseillère métropolitaine de Toulouse Métropole.
Conseillère municipale déléguée à la Mairie de Toulouse : Institut Supérieur des Arts de Toulouse - Conservatoire à Rayonnement Régional - Photographie dont Galerie du Château d’Eau - Audiovisuel - Commission départementale d'aménagement cinématographique

05 62 27 67 20
catherine.blanc@toulouse-metropole.fr

Mieux communiquer sur une offre culturelle plus lisible,
trouver l’équilibre entre développement urbain et préservation du patrimoine et se connecter aux autres grandes métropoles

Issue de la société civile et d’un parcours artistique polyvalent, de l’Ecole des Beaux-Arts de Toulouse (ISDAT) à la peinture et au théâtre, Catherine Blanc est notamment en charge de l’ISDAT, du Château d’Eau et du Conservatoire au niveau de la Mairie de Toulouse. Conseillère communautaire pour Toulouse Métropole, elle siège dans la commission Culture dont elle est secrétaire, et les commissions Urbanisme et projets urbains, Aménagement et politique foncière.

Toulouse Métropole, l’avenir vu par Catherine Blanc :
Quels sont selon vous les 3 ou 4 grands défis majeurs que Toulouse Métropole doit relever dans les prochaines années ?

Il s’agit de ma première mission d’élue et ce qui m’intéresse dans ces fonctions, nouvelles pour moi, est d’écouter les propositions, de rencontrer les porteurs de projets et de contribuer à soutenir les artistes et la création artistique. La métropole toulousaine bénéficie d’une grande richesse culturelle et d’équipements de qualité. Mais par manque de communication adaptée et à cause d’une certaine accumulation d’événements, nous manquons de lisibilité et de visibilité : il y a, à certaines périodes, trop de manifestations qui s’entrechoquent que nous devons regrouper pour une meilleure communication ou en revoir l’agenda ; les grands rendez-vous culturels métropolitains entraineront les projets plus « discrets » et ainsi pourront être des vecteurs d’attractivité pour l’ensemble des métropolitains, pour les touristes, les étudiants, les nouveaux habitants. Nos autres défis sont justement d’améliorer nos connections avec les autres grandes métropoles, via les transports (vers l’extérieur et in situ avec les transports en commun et en particulier le métro), et de rechercher un équilibre entre la nécessité d’espaces pour de nouveaux logements tout en préservant notre patrimoine et nos terres agricoles.